"http://www.noelshack.com/up/aac/logo-641dc39c59.png"
Univers Animes Index du Forum
Univers Animes
Forum permettant d'échanger ses points de vue, de faire connaitre l'univers nippon, d'exprimer ses talents de dessins, graphisme,...
 
Univers Animes Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Univers Animes Index du Forum -> section Yaoi! -> La section: lecture...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shura Snowblood
graphiste

Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 24
Localisation: Sous un cerisier fleurit
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq
Moyenne de points: 0,50
points: 12

MessagePosté le: Mer 18 Aoû - 11:39 (2010)    Sujet du message: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel Répondre en citant

Amour Mortel


    Le bruit sourd d'un bris de vers résonne. Deux voix s'élèvent : l'une ferme et mature, l'autre enfantine et implorante. Un nouveau bris. Des bruits de pas. Une porte qui claque. Plus rien. Le silence. Seul au centre de la pièce, un garçon aux longs cheveux violines. Ses yeux orages fixent la porte close. Son visage semble à la fois impassible et empli de douleur. Sa vue se trouble, ses poings se crispent. Et dans un souffle de douleur, il murmure ce nom : "Suzu..."
    Il marche seul sous une pluie battante. Son pull en laine pourprée recouvre son torse si lisse, musclé et entretenu. Son short imitation cuir noir laisse paraître deux longues et fines jambes protégées par un fin duvet doux et invisible. Ses cheveux argentés camouflaient ses yeux violets emplis de larmes. Il marche d'un pas lourd et assuré, soulevant des vaguelettes d'eau. Son esprit est torturé par ce nom : "Sakuraï..."

* Une semaine plus tard *


    Une semaine, pense-t-il, cela fait une semaine qu'il est parti, que je ne dors plus, ne mange plus, ne vis plus... Je n'en plus Suzu ! Je t'aime !
    Il se lève, le garçon en pleurs. Il se lève et sort sans fermer la porte à clé. Il marche, il court, il espère. Il sait où il va. Il sait où il est.

    Il arrive devant un portail en fer forgé. Il entreprend de l'ouvrir : ça marche ! Il pénètre alors en douceur dans le jardin. La longue allée de gravier s'étend devant lui et le guide jusqu'à la porte d'entrée. Il frappe alors à la porte une première fois, discrètement, encore hésitant quant à son choix, puis une seconde, plus assurée pour confirmer sa résolution. La porte s'ouvre et laisse apparaître une charmante femme habillée d'une longue robe à fleur.
    " Oh ! s'écrie-t-elle. Sakuraï ! Quelle surprise !
    - Bonjour.
    - Que me vaut cette visite ? Je suppose que ce n'est pas pour moi.
    - Euh (Il acquiesce) Est-ce qu'... il est là ?
    - Oui, il est à l'étage. (Elle s'écarte) Tu connais le chemin.
    - Merci."
Il fait une courbette, entre et se déchausse. Il se dirige vers l'escalier, il gravit les marches deux par deux. Avançant prudemment, il finit par trouver ce qu'il cherche. Il s'appuie sans un bruit contre la porte et murmure : "Suzu"

    Une semaine sans toi, Sakuraï. Si tu savais comme c'est douloureux.
    Voilà une semaine qu'il n'est pas sorti de cette maison, une semaine qu'il pense à lui, qu'il rêve de lui. Il voudrait tant le serrer dans ses bras mais il n'en a pas le courage. Il lui semble qu'il est en train de mourir. Il sait pertinemment qu'il inquiète sa mère mais il ne peut se résoudre à sortir. Il a peur de lui, de le voir, de le faire souffrir. Il se redresse alors sur son lit et regarde en sa direction. Il perçoit alors un mot : "Suzu"
    On l'appelle. Cette voix, il la connaît. Cette voix si douce, si claire, si enfantine et pourtant parfois tellement sérieuse.
    "Sakuraï", murmure-t-il à son tour. Il se lève doucement et se dirige vers la porte de sa chambre, s'y appuyant à son tour. Il écoute maintenant un pesant silence.

    "Suzu. Je sais que tu es là. S'il te plaît, Suzu."

    Il est là, juste derrière cette porte. Ah ! Comme il aimerait le serrer dans ses bas. Comme il aimerait l'embrasser. Non ! Que se passe-t-il ? Des sanglots ? Non, il ne doit pas pleurer, pas lui, pas Sakuraï.

    Sakuraï ne recevait aucune réponse. Il entendit monter la mère de Suzu, qu’il ne tarde pas à voir. Elle avait un regard désolé. Sakuraï ne parvenait pas à arrêter ses larmes même s’il essayait et essaye toujours de les stopper. La mère tend alors ses bras vers Sakuraï. Il comprend alors qu’il n’y a plus rien à faire. Il marche alors vers elle. Elle le prend tendrement dans ses bras pour le consoler. Sakuraï ne peut alors plus se retenir. Ses nerfs lâchent et il se laisse aller aux pleurs. Il ne tarde pas à tomber à genoux, entraînant avec lui la femme. Il est désespéré le jeune Sakuraï. Il ne sait plus quoi faire.

    Le pardonner ? Mais pourquoi faire ? Il n’a rien fait. Non. Le seul responsable c’est Suzu. C’est lui et lui seul. Ah ! Quel est ce cri de désespoir ? Il ne fallut pas plus d’une seconde à Suzu pour comprendre combien Sakuraï souffrait lui aussi.
    Ni une, ni deux, Suzu ouvre brutalement la porte, surprenant à la fois Sakuraï et sa mère. Il avance alors vers eux, s’accroupit et arrache Sakuraï des bras de sa mère.
    
« Je suis désolé Sakuraï ! Je t’en prie, cesse de pleurer, pas à cause de moi ! Sakuraï ! »

    Ce dernier redresse la tête, les yeux encore humides. Ses larmes ont enfin cessé de couler. Il regarde Suzu dans les yeux et l’interroge :
        « Est-ce que tu m’aimes ? »
Suzu prend le visage fin de son ami dans les mains et répond :
    « Bien sûr, espèce d’idiot. Et toi ? M’aimes-tu ?
    -Oui »

    Sakuraï esquisse un petit sourire. La mère de Suzu comprend alors que finalement rien ne peut venir à bout de leur amour et s’en va discrètement.

    Suzu embrasse tendrement son amant en caressant sa joue puis ses cheveux. Sakuraï passe ses bras autour du cou de son ami et approfondit leur baiser. Leurs langues dansent ensemble. Elles dansent lentement. Elles s’entrelacent, se rejettent, se chevauchent. Un dernier tour, puis elles se séparent. Un filet transparent unit les deux amants. Leurs regards semblent s’être illuminés.

    « J’ai envie de toi Suzu… Prends moi tout entier, tues moi si tu le veux. Fais de moi ce que tu veux. »

    Sakuraï repart à la charge et embrasse langoureusement son amant. Suzu prit alors Sakuraï dans ses bras, le souleva et le porta dans sa chambre. Il ferma la porte avec son pied sans interrompre leur baiser. Il marcha alors vers son lit et y déposa Sakuraï tout en se baissant pour rester unis. Il finit par stopper leur échange. Le souffle court, il demanda :
    « Pourquoi te tuerais-je ?
-    Pour que je fasse partie de toi. Pour que je sois ton sang, ta chair.
-    Ne dis pas de bêtises.
-    Alors prends- moi !  »
Suzu acquiesça en silence. Il posa délicatement sa main sur le ventre de Sakuraï, puis, il la passa sous son sous-pull noir. Il alla caresser les boules de chair de son amant. Son autre main descendit vers le bas ventre si fin de son ami. D’un geste assuré il déboucla la ceinture de Sakuraï, puis il déboutonna le jean et ouvrit la fermeture éclair. Il passa sa main dans le boxer et se saisit du fruit interdit de son ami. A ce contact, Sakuraï se cambra et tenta d’étouffer un gémissement des plus sensuels. Ceci arracha un sourire à Suzu. Il décida d’habiller son amant de la tenue d’Adam. Sakuraï entreprit de faire la même chose à Suzu.

Une fois mis tous deux à nu, ils reprirent leur doux chant d’amour. Sakuraï passa tendrement ses bras autour du cou de son amant. Celui-ci rapprocha sa bouche du cou de son compagnon et y déposa d’innombrables baisers, laissant parfois quelques traces. Il se rapprocha de l’oreille de Sakuraï et en mordit doucement le lobe. Un nouveau gémissement… mais nettement moins enjoué que le premier. Sakuraï n’aimait pas que Suzu le morde alors pour se venger, il le fit basculer de telle façon qu’il se retrouva sur lui. Avant que Suzu n’ait eu le temps de dire ou de faire quoi que ce soit, Sakuraï l’embrassa et se saisit de ce fruit défendu et pourtant si désirable. Sous le regard médusé de son partenaire, Sakuraï déclara :
« A moi de jouer ! »
Il esquissa alors un sourire qui sembla inquiéter Suzu. Sakuraï déposa ses lèvres dans le cou de ce dernier. Il y déposa quelques baisers puis dériva vers le torse, laissant une fine traînée humide sur son passage. Il titilla quelques instants les boules de chair durcies de sa langue, avant de descendre au nombril. Il poursuivit ensuite sa lente expédition. Il toucha de sa langue le fruit de son partenaire. Il en titilla le haut puis le goba. Avec sa main il fit de lents va-et-vient. Suzu se cambra vivement et gémit de plaisir. Le nectar ne tarda pas à s’écouler. Sakuraï en prit dans sa bouche et remonta vers les lèvres délicates de son amant. Il l’embrassa, le forçant à avaler le liquide. Suzu se ressaisit et reprit le dessus sur son compagnon.
Esquissant un large sourire, il murmura un tendre « Attention » dans l’oreille percée de Sakuraï. Sakuraï déglutit et se crispa, comme à chaque fois. Doucement, avec la plus consciencieuse des tendresses, Suzu pénétra son amant.
« Han…
- Je t’ai fait mal ?
- Non, non. Ca… Ca va. »
Suzu savait qu’il lui mentait mais il n’osait rien dire. Il se contenta de déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Il attendit. Ca y est. Enfin Sakuraï se détendait. La douleur semblait s’estomper. Suzu commença alors à faire de lents va-et-vient. Sakuraï gémissait de plaisir. Suzu se joignit à lui et ensemble ils entonnèrent la chanson de l’amour.

    Dans un ultime râle, ils atteignirent ensemble le septième ciel. Suzu sortit de l’antre de son amant. Il se coucha à côté, haletant. Il prit la couverture et en couvrit leur corps en sueur. Sakuraï se colla à lui en lui murmurant de doux « je t’aime » puis, exténué, il s’endormit. Suzu ne tarda pas à le rejoindre dans les bras de Morphée.
    De l’autre côté de la porte, la mère de Suzu souriait en voyant que tout s’arrangeait… comme à chaque fois.

* Un mois plus tard *

    Depuis leur dispute, le lien qui les unissait s’était retrouver renforcé. Il ne se passait pas un instant sans qu’ils n’essaient de trouver un moyen de frôler l’autre, de le toucher… de s’embrasser. Aujourd’hui, ils avaient rendez-vous à la banque pour faire une demande d’ouverture de compte commun. C’était officiel, ils habitaient ensemble. Ils se levèrent, un peu en retard et durent donc se préparer en vitesse pour ne pas arriver trop tard. Finalement, ils arrivèrent pile à l’heure. Ils s’assirent en face de la responsable de leur dossier qui sembla…dégoûtée.

    « Bien… Unmei-san, lequel est-ce ?
    - Moi ! répondit joyeusement Sakuraï.
    - Vous êtes donc Kono-san.
    - C’est exact.
    - Hum, excusez cette question mais… vous êtes…
    - Ensemble ? continua Sakuraï.
    - Oui… En effet nous le somme… poursuivit Suzu.
    - Euh… Bon… donc un compte commun, veuillez patienter, je vais chercher les documents. »

    La jeune femme se leva et se dirigea vers les bureaux de derrière. Au même moment, la porte vitrée de la banque s’ouvrit dans un grand fracas. Suzu et Sakuraï se retournèrent.

    « Tout le monde à terre ! Allez ! On s’dépêche ! »

    Un coup de feu. Quelques cris. Suzu et Sakuraï, comme toutes les autres personnes présentes, s’exécutèrent. Ils s’allongèrent sur le carrelage froid, se tenant la main pour se rassurer mutuellement. Ils étaient trois, les malfrats. L’un d’eux se dirigea vers les bureaux. Hormis Suzu et Sakuraï il n’y avait que le personnel de la banque.

    « Bon, les banquiers ! commença le malfrat. Vous allez tous là-bas. Les clients, vous allez de l’autre côté ! Exécution ! » hurla-t-il.

    Suzu et Sakuraï se levèrent méfiant et allèrent retrouver les autres clients. Alors qu’il allait s’asseoir, Sakuraï fut saisit par le bras.

    « T’es plutôt mignon toi. Tu feras un bon otage. »

    Sakuraï n’osa rien dire. Il se contenta de regarder tristement son amant. Celui-ci fulminait et dans un élan désespéré il fonça sur le bandit. Celui-ci lâcha Sakuraï qui tomba au sol. Immédiatement, Sakuraï tourna la tête vers son amour. Ce dernier venait de se prendre un sacré poing. Il perdit l’équilibre et tomba par terre, un peu plus loin. Le bandit pointa son fusil vers Suzu.

    « Enfoiré ! J’vais t’apprendre à m’obéir ! »

    PAN

    Sakuraï s’était interposé. Il avait protégé son amour de son corps, recevant la balle en plein cœur. Suzu resta les yeux grands écarquillés, tenant dans ses bras le corps inerte de son amant.

    « Merde ! On avait dis pas de mort ! Qu’est-ce que t’as foutu ? Pov’ con !
    - Oh la ferme hein ! »

    Le trio de malfaiteurs s’engagea dans une guerre verbale mouvementée. Les balles partaient dans tout les sens ! Les gens hurlaient ! Certains avaient tenté de se sauver mais ils furent abattus. Rassemblant ses toutes dernières forces, Sakuraï murmura :

    « Su…zu… Je… t’… Han !
    - Sakuraï ? Sakuraï ! Sakuraï !!!! »
    Suzu hurla de désespoir. Il regarda avec fureur l’assassin de son tendre amour. Celui-ci, craignant sans doute une vengeance, eut pour réflexe de tirer.

    PAN

    Touché, Suzu se laissa tomber en arrière tout en ne lâchant pas son doux amant. Allongés côte à côte, ils semblaient se regarder une dernière fois avant de se dire au revoir… Avant de se dire…

    « Adieu. »

    Dernier soupire, douleur insoutenable. Il venait de s’endormir pour l’éternité.

    « Tsss, soupira l’assassin. Ce crétin, il est mort en protégeant l’autre… C’est idiot.
    - Non, ce n’est pas idiot ! s’écria la jeune employée. C’est l’Amour !
    - Crève ! »

    Il n’y eut finalement aucun survivant, pas même parmi les braqueurs. Toute cette histoire se termina dans un abominable bain de sang. Et parmi ce sang, celui de Suzu et Sakuraï dont l’amour fut… mortel.
_________________



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Aoû - 11:39 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sasucath
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 105
Féminin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Moyenne de points: 0,54
points: 57

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 17:03 (2010)    Sujet du message: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel Répondre en citant

Kyah! Pourquoi tes histoires sont si triste!!! La prochaine je veux qu'elle soit plus "happy" enfin, pas de mort! Ok, ils meurent ensemble, c'est magnifique, mais, ils sont MORTS! Et moi je pleure! ouinnnn. Shura sama! 
_________________


Revenir en haut
Shura Snowblood
graphiste

Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 24
Localisation: Sous un cerisier fleurit
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq
Moyenne de points: 0,50
points: 12

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 17:28 (2010)    Sujet du message: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel Répondre en citant

Non ! Y'aura jamais de "Happy end" chez moi ! ><  

_________________



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Sasucath
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 105
Féminin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Moyenne de points: 0,54
points: 57

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 17:36 (2010)    Sujet du message: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel Répondre en citant

Grrr!!!!  Mad Je veux pus que les héros meurts!!! Ouin! C'est trop tragique!
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:52 (2018)    Sujet du message: [OS/YAOI/LEMON] Amour Mortel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Univers Animes Index du Forum -> section Yaoi! -> La section: lecture... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com